Hypnothérapeute

La maladie Bipolaire

La maladie Bipolaire et l'hypnose
Introduction
Le trouble bipolaire est un trouble de l'humeur, autrefois appelé "Psychose maniaco-dépressive". Ce trouble est caractérisé par une instabilité anormale de l’humeur.
Être bipolaire est un trouble qui dévaste celui qui en souffre. Si vous êtes bipolaire, il y a de fortes chances pour que votre famille souffre avec vous. Peu importe que vous soyez un membre de la famille qui essaie d'y faire face ou si vous êtes la personne diagnostiquée, il existe de l'espoir.
Même s'il n'existe pas de remède pour le trouble bipolaire au jour d'aujourd'hui, il existe beaucoup de manières d'améliorer vos chances de vivre une vie longue et heureuse. La bonne nouvelle est que le processus n'est pas difficile.
Les hauts et les bas sont ce qui cause le plus de problèmes. Être heureux et insouciant pendant une minute est merveilleux, mais lorsque cela est suivi par un moral en chute libre, il y a de quoi s'inquiéter.
Vous trouverez bon nombre de différents scénarios qui vous aideront à faire face au trouble bipolaire et à tous ses hauts et ses bas. Avec une compréhension de la maladie ainsi qu'une aide dans l'utilisation des outils utiles, vous serez en mesure d'améliorer votre qualité de vie et celle des êtres aimés.
Le trouble bipolaire se révèle le plus souvent au début de l’âge adulte, en moyenne entre 18 et 24 ans, mais il peut parfois survenir dès l’enfance ou, à l’inverse, nettement plus tard dans la vie.
Le trouble bipolaire classique touche environ 1,2 % (0,4% à 1,6%) de la population adulte soit plus de 1 000 000 cas en France. En incluant les types II ou III on obtient des chiffres nettement plus élevés, pouvant aller jusqu’à 5 voire 7% de la population en incluant tout le « spectre » bipolaire, c’est-à-dire tous les troubles apparentés.
Les hommes et les femmes sont touchés dans des proportions équivalentes.
Vous ne comprenez pas votre maladie
La raison principale est que les patients ne comprennent pas la maladie qu'ils affrontent. En fait, 10 patients sur 14 arrêteront de prendre leurs médicaments parce qu'ils ne réalisent pas combien ils sont importants.
Bon nombre, près de 80%, prendront les médicaments parce que leurs médecins les prescrivent, sans chercher à comprendre. À cause de cela, il est difficile de savoir à quel point ils sont conscients de leurs maladies.
Une des choses les plus importantes que vous pouvez donc faire est de réellement comprendre votre maladie. Si celui que vous aimez souffre de trouble bipolaire, aidez-le à rester informé. Il est essentiel que vous lui fournissiez des informations parce que sans elles, il pourrait ne pas comprendre l'importance de la prise de ces médicaments chaque jour.
Soigner la bipolarité : Le trouble bipolaire n’est pas insurmontable !
Soigner la bipolarité : Les thérapies comportementales et cognitives
Pour guérir la bipolarité, les traitements prophylactiques doivent être suivis d’un traitement psychologique.
Depuis qu’on traite parallèlement les symptômes et ce qui les provoquent, le taux de rechute a considérablement diminué.
Les spécialistes ont un regain d’intérêt pour la TCC qui permet de :
Analyser les symptômes dépressifs et les traiter
Suivre de près le traitement pour résoudre les problèmes d’adhérence
Assurer le développement personnel du patient (maitrise de soi, atteinte des objectifs…)
Gérer le stress en stabilisant les rythmes circadiens
Favoriser l’insertion sociale
Gérer les risques et les signes de rechute
La thérapie EMDR (Eye Movement Desensitization and Reprocessing) est une approche neuro-émotionnelle de désensibilisation et de retraitement des informations faisant appel à la stimulation sensorielle par des mouvements oculaires, des stimuli auditifs ou cutanés. Elle a pour but de faciliter une résolution rapide des symptômes liés à des événements traumatiques du passé.
Cette méthode ressemble en pratique à une sorte d'hypnose : en faisant suivre un pointeur à une personne, on lui fait pratiquer toute une série de mouvements avec les yeux.
Le trouble bipolaire occupe le 6ème rang parmi les maladies génératrices de handicap en termes de coût social et économique.
A ne pas confondre avec la dépression
Certains états de souffrance psychique peuvent évoquer la dépression sans pour autant constituer un état dépressif au sens médical du terme. 
Ainsi peuvent évoquer un syndrome dépressif :
Un état de tristesse normale, isolé, non durable, adapté en réaction à un contexte douloureux, déplaisant, menaçant ou de frustration, par exemple à la suite d’un deuil.
Certaines affections médicales qui peuvent être à l’origine de symptômes d’allure dépressive :
- certaines maladies neurologiques comme la démence, la maladie de Parkinson, l’épilepsie, les accidents vasculaires cérébraux
- certaines maladies hormonales au premier rang desquelles l’hypothyroïdie mais aussi certaines maladies des glandes surrénales
- certains cancers 
- certaines maladies infectieuses comme la grippe, l’hépatite, la mononucléose infectieuse…
Les maladies bipolaires sont classées globalement en 2 types : 
– Type 1 :
la forme la plus connue, alternant dès l’adolescence le plus souvent un premier épisode de manie suivie d’un épisode de dépression, avec des périodes de répétition variables selon les patients. La relative visibilité de ces symptômes permet le diagnostic précoce et la prise en charge de ces patients en psychothérapie de soutient et via un traitement médicamenteux. Les médicaments les plus utilisés sont le Lithium et les anti épileptiques comme le Dépakote.
-Type 2 :
Moins connu des professionnels, et du public, le patient met parfois 15 – 20 ans à être diagnostiqué.
L’erreur thérapeutique chez ces patients est de leur donner des antidépresseurs, le plus souvent, ils ne sont pas tolérés, ou ils aggravent les symptômes de la maladie.
Typiquement, le type 2 a une forte composante héréditaire, une forte mortalité par suicide ou co morbidité, et est caractérisé par la difficulté du diagnostic.
Typiquement, le patient de type 2 a toujours connu un stade d’activation cérébrale qu’on appelle « Hypomanie », pour être bref, l’humeur de ce patient est constamment élevée par rapport à la normale, ce sont des personnes souvent brillantes, capables de travailler très vite et d’idées extrêmement créatives.
Entre 16 et 18 ans, ils sont sujet à un premier épisode dépressif qui peut passé inaperçu, puis les épisodes se répètent en augmentant à chaque fois en intensité, ou en nombre. Les docteurs passent souvent à côté de l’histoire personnelle ou familiale et donc à côté de l’hypomanie et prescrivent à tord des antidépresseurs qui ne sont pas adaptés pour ces patients.
– La pratique de l’hypnose en transes profondes de type Esdaile,
en Auto hypnose et avec un professionnel permet de lisser les ondulations de symptômes de la maladie. La pratique de la méditation, ou de l’hypnose permet d’augmenter le niveau de base de l’activation parasympathique ainsi que de l’intensité de ses pics.
Le système parasympathique est le frein de votre organisme, il augmente votre résilience émotionnelle, de plus l’hypnose augmente et réveille les ressources en empathie des personnes pratiquant régulièrement ainsi que leur capacité à éprouver la joie, l’accomplissement, de remplir les besoins en attention, envers leur personne ou envers les autres, tous ces besoins physisiologiques pour une bonne santé émotionnelle et mentale sont listés dans « The Human givens Theory » Joe Griffin et Ivan Tyrell, peut être un des livres les plus complets et révolutionnaires sur l’implication de l’hypnose dans les psychothérapies modernes.
Je recommande donc pour les patients atteints de maladie bipolaire de pratiquer régulièrement les transes profondes de niveau décrites par le Dr James Esdaile (Mesmerism in Inda 1851) et redécouvertes par Dave Elman pour les procédures d’accès simplifiées.
Pour les patients atteints de maladie bipolaire, leur besoin en un refuge, un frein émotionnel dépasse les besoins de la population normale et les méthodes classiques de méditation sont souvent inefficaces.
J’essaie toujours de travailler en un minimum de séances pour que vous puissiez aller mieux le plus vite possible.
C’est aussi une technique de communication, destinée à vous aider à vous donner les modes d’emplois nécessaires pour avancer, sous forme de métaphores, de suggestions.
Où consulter avec un hypnothérapeute ?
Le Père Olive est formé et possède une expérience considérable dans l'accompagnement par l'hypnothérapie.
L'ANAMNÈSE: votre thérapeute vous aidera à déterminer des objectifs qui tiennent compte de vos motivations et qui respectent votre intégrité.
LA SÉANCE D'HYPNOSE: votre hypnotiseur vous proposera l'induction hypnotique qui vous correspond le mieux et le travail thérapeutique le plus adapté.
Me contacter au 07 62 42 51 38 ou sur ma boite mail otourill44000@gmail.com .
Sur rendez-vous un jour sur deux de la semaine.
Pour les urgences 7 jours sur 7.
Tarif 50 € la séance , 25 € pour les étudiants.

https://www.facebook.com/lepereolive

×